Célébration du but de Griezmann face à l'Islande

La France évite l’iceberg islandais

Après un formidable parcours dans la poule F, où ils avaient fait match nul contre le Portugal (1-1) et la Hongrie (1-1) puis battu l’Autriche, les Islandais avaient réussi l’exploit de sortir en huitième de finale de l’Euro 2016 les Anglais sur le score de 2 à 1. Ils affrontaient, pour une place en demi, les Français au Stade de France, avec l’espoir de créer la surprise face à l’équipe du pays hôte.

Les Bleus ont tué le suspense

L’équipe de France alignée par Didier Deschamps comportait quelques surprises en raison des suspensions de Rami en défense et de Kanté en milieu. Umtiti remplaçait le premier poste pour poste, tandis que Sissoko prenait place sur l’aile droite, aux côtés de Griezmann et Payet, laissant seul en pointe Giroud, dans un dispositif 4-2-3-1 témoignant d’une volonté offensive de la part du sélectionneur.

Dès le coup d’envoi, les Bleus prenaient la possession de balle et, grâce à un jeu très fluide, en une touche de balle, réussissaient à mettre la mainmise sur le début de rencontre. Cette domination se concrétisait dès la 12e minute par un but de Giroud. Placé à la limite du hors-jeu, le Gunner bénéficiait d’une belle ouverture de Matuidi et crucifiait le gardien islandais Halldorsson d’un magnifique tir du gauche. Loin de relâcher la pression, les Français concrétisaient leurs temps forts en inscrivant sur corner à la 20e minute un deuxième but par l’intermédiaire de Pogba, d’une tête boulet de canon.

Loin de se résigner ou d’abdiquer, les Islandais s’accrochaient fièrement à leur rêve et par l’intermédiaire de touches longues parvenaient à mettre un peu de danger dans la surface de réparation française. Néanmoins, à la 43e minute, Payet concluait d’une superbe frappe croisée du pied gauche après une géniale combinaison des attaquants français. Griezmann, très altruiste sur ce but, était récompensé deux minutes plus tard en inscrivant un 4e but, lobant le gardien à la réception d’une passe de Giroud. 4 à 0 à la mi-temps, la messe était dite.

Des Islandais valeureux récompensés

Gardant un état d’esprit exemplaire, les Islandais, loin de fermer le jeu, continuait à aller de l’avant pour chercher, non plus à se qualifier, mais à limiter la correction. Et logiquement, devant des Français relâchés, ils inscrivaient un 1er but à la 56e minute par Sigthorsson, étrangement libre de tout marquage sur un centre venu de la droite. Ce but piquait au vif les Bleus qui réagissaient et marquaient un 5e but par le biais de Giroud, auteur d’un doublé. Payet à la 59e minute, sur coup franc, trouvait en effet la tête de l’attaquant, monté très haut dans les airs et qui trompait le gardien.

Toujours volontaires, les Islandais allaient en toute fin de match, à la 84e minute, réduire la marque par l’intermédiaire de Bjarnason. Une nouvelle fois, sur un centre venu de la gauche, le joueur islandais pouvait tranquillement ajuster Lloris, en raison de la passivité et du mauvais placement de la défense française, pointant sur cette action aux abonnés absents. Voilà qui enthousiasmait les supporters islandais mais déclenchait la ire de Didier Deschamps, insatisfait de sa ligne arrière.

En incrivant 2 buts, les Islandais ont prouvé leur détermination et leur plaisir de jouer, même face à un adversaire largement supérieur. Les Français, en marquant 5 buts, ont montré leur efficacité offensive, Griezmman prenant même la tête, avec 4 réalisations, du classement des buteurs. Néanmoins, la défense tricolore a de nouveau était prise à défaut, et l’on espère un peu plus de cohésion face à l’Allemagne pour la demi-finale le jeudi 7 juillet 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *